French-Interopérabilité Blockchain: Wanchain Sera-t-il L'Internet des Blockchains?
Wanchain sera-t-il l'internet des blockchains?

French-Interopérabilité Blockchain: Wanchain Sera-t-il L'Internet des Blockchains?

By Wanchainer | Cryptodian | 6 May 2020


L’interopérabilité blockchain, un terme qui sera, sans aucun doute, sur toutes les lèvres à l’avenir. Dans cet article, on va expliquer pourquoi l’interopérabilité est indispensable au futur de la Blockchain. Ensuite, on va parler en détails des principaux projets spécialisés en interopérabilité blockchain que sont Wanchain, Cosmos et Polkadot. Enfin, nous allons comparer ces projets pour déterminer celui qui est le mieux placé pour devenir “l’internet des blockchains”.

Sans plus attendre, découvrons pourquoi l’interopérabilité est si importante pour la technologie Blockchain?

Interopérabilité Blockchain, L’association Indispensable

Depuis la création du tout premier réseau Blockchain, celui du Bitcoin, les acteurs et les passionnés de cette nouvelle technologie n’attendent qu’une seule chose: l’adoption de masse. Cependant, ce qu’il faut savoir, c’est que cette adoption est impossible si chaque réseau blockchain est isolé, et ne peut communiquer que dans son propre écosystème. En effet, la majorité des blockchains populaires sont hétérogènes (leurs architectures technologiques sont très différentes), ce qui rend la communication entres elles quasi-impossible.

C’est un peu comme le réseau intranet d’une entreprise qui permet aux différents départements de l’entreprise de communiquer entre eux, mais qui ne permet pas à l’entreprise de communiquer avec d’autres entreprises. C’est là qu’est entré en jeu le réseau Internet pour permettre des communications externes. Ainsi, l’association Interopérabilité et Blockchain fait passer, en quelque sorte, une blockchain isolée de l’intranet à l’internet.

Cette possibilité d’une communication entre différentes blockchains est appelée, l’interopérabilité blockchain. A l’heure actuelle, les seuls moyens d’échanger de la valeur entre une blockchain et une autre est soit de le faire en pair à pair ou de recourir à un intermédiaire comme les plateformes d’échange centralisées. Ce qui va à l’encontre même du principe de la blockchain qui est de supprimer tout intermédiaire dans le transfert de valeur.

Pour combler ce vide, plusieurs projets spécialisés dans l’interopérabilité blockchain ont vu le jour. Dans cet article, nous allons examiner en détails les projets les plus avancés dans le domaine, on va parler de Wanchain, mais aussi de Cosmos, Polkadot, Icon, ou encore Aion. Nous allons explorer l’interopérabilité de chaque projet, pour ensuite, les comparer sous différents angles et déterminer le projet qui pourrait devenir cette fameuse Internet des Blockchains:

0*frcWdRugjRjZFkAu La course pour devenir l’internet des blockchains

  • Wanchain

Wanchain développe actuellement un univers financier décentralisé, permettant à n’importe quelle Blockchain intégrée au réseau Wanchain (que ce soit une blockchain publique, privée ou consortium) de communiquer et de transférer des actifs et des données aux autres blockchains du réseau via des transactions privées. Ces transactions utilisent les signatures de cercle (ring signatures), le même algorithme utilisé par les cryptomonnaies privées comme Monero. Wanchain est aussi une plateforme de contrats intelligents permettant le développement de blockchains et d’applications décentralisées. Cependant, notre sujet dans cet article est l’interopérabilité blockchain, alors entrons donc dans le vif du sujet![2]

L’interopérabilité de Wanchain est d’abord rendue possible grâce au système unique du Storeman Node (nœuds de magasinier) instauré par Wanchain et qui permet l’interopérabilité entre les blockchains intégrées au réseau. Ce système repose sur deux concepts importants qui assurent la confidentialité, la sécurité et la décentralisation de toute transaction s’effectuant sur le réseau Wanchain: le calcul multipartite sécurisé et le partage de clé secrète de Shamir. Avant de parler en détails de ces deux concepts, une explication de l’interopérabilité de Wanchain s’impose:

Prenons comme exemple une transaction Ethereum: Si vous voulez transférer de l’Ether dans le réseau Wanchain, la valeur que vous allez transférer sera verrouillée par un contrat intelligent dans la chaîne Ethereum. Une valeur équivalente du jeton ETH enveloppé (WETH) est alors libérée dans le réseau Wanchain. A ce moment précis, vous ne possédez que le jeton WETH, vous pourrez l’utiliser et l’échanger comme vous le voulez sur le réseau Wanchain. Lorsqu’un autre utilisateur voudra convertir ses jetons WETH en ETH, l’équivalent en ETH verrouillé lui sera libéré, et les jetons WETH qu’il possédait seront brûlés. [3]

C’est la même chose en ce qui concerne le Bitcoin, EOS, les jetons ERC20 et toute autre crypto monnaie supportée par le réseau Wanchain.

Maintenant que vous avez une idée générale du processus de cette interopérabilité, découvrons comment Wanchain y arrive grâce aux deux concepts évoqués précédemment:

1- Le calcul multipartite sécurisé:

C’est un moyen qui permet à plusieurs parties de procéder à un calcul de données, en faisant en sorte que chaque partie ne sera informée que d’une seule pièce du puzzle. Laissez-moi vous donner un exemple simplifié!

0*j581PItg1ZGv0JZN Le concept du calcul multipartite sécurisé

Supposons que les étudiants d’une classe à l’université voudraient calculer la moyenne de leur classe, mais qu’aucun étudiant ne voudrait révéler sa note aux autres. Alors un premier étudiant prend sa note et lui ajoute le nombre X (qui peut être n’importe quel nombre) et il note le résultat, puis il le passe au deuxième étudiant qui ajoute sa note et transmet le résultat au troisième étudiant, ce dernier fait de même, et ainsi de suite. Lorsque tous les étudiants auront ajouté leurs notes, le calcul retournera au tout premier étudiant qui va donc soustraire le nombre X qu’il a ajouté, il obtiendra ainsi la somme globale, sans qu’aucun étudiant de la classe ne connaisse la note d’un autre.

Pour revenir à Wanchain, ce concept permet de sécuriser la clé privée du compte verrouillé dans sa chaîne d’origine (le compte Ethereum dans notre exemple). C’est pour cela que Wanchain a introduit les nœuds magasiniers (Storeman nodes), chaque nœud n’aura qu’une seule partie de la clé privée, les nœuds procéderont ensuite à un calcul multipartite sécurisé pour écrire un contrat intelligent pour verrouiller cet actif dans sa chaîne d’origine. [3]

2- Le Partage de clé secrète de Shamir

On a vu comment le calcul multipartite arrive à sécuriser la clé privée du compte verrouillé, mais — que se passe-t-il si un des nœuds magasiniers est déconnecté, ou pire encore, s’il perd sa partie de la clé privée?

Ne vous inquiétez pas, Wanchain y a pensé! Ce problème est résolu par le second concept de l’interopérabilité de Wanchain: le partage de clé secrète de Shamir.

Ce concept cryptographique fait en sorte que le réseau n’ait pas besoin de toutes les parties pour reconstituer la clé privée. Ainsi, même si un ou deux nœuds magasiniers perdent leurs parties de la clé privée, ou se déconnectent, il sera toujours possible de reconstituer la clé privée et de maintenir le fonctionnement du réseau.[3]

Wanchain ne s’est pas arrêté là, l’entreprise a lancé récemment son framework T-Bridge faisant référence à Trust-Bridge (pont de confiance), devenant ainsi la première blockchain permettant l’interopérabilité entre blockchains publiques et blockchains privées. [4]

Ce framework est standardisé et universel, car il permet non seulement l’échange de valeur, mais aussi de données entre blockchains publiques, blockchains privées et même l’échange entre blockchains privées et blockchains publiques. [4]

Ce concept révolutionnaire ouvre ainsi la possibilité de créer des applications inter-chaînes décentralisées où les transactions sur une chaîne peuvent être déclenchées par des événements qui se produisent sur une autre chaîne.

Voilà en quoi consiste l’interopérabilité de Wanchain de façon générale, il reste encore la décentralisation totale de son mainnet et de son réseau inter-chaînes, l’entreprise avec à sa tête son fondateur Jack Lu, a assuré que le réseau sera complètement décentralisé en 2021. Honnêtement, il faut avouer le projet en a parcouru du chemin depuis son lancement au début de l’année 2018, la feuille de route a été respectée, ce qui est actuellement assez rare dans l’univers Blockchain!

  • Cosmos

Le réseau Cosmos a été créé par l’entreprise Tendermint qui fournit aux blockchains toute la partie réseau (Gossip protocol) et la partie consensus avec son protocole BFT (le protocole du problème des généraux Byzantins). Ces deux parties constituent le premier module du projet cosmos: le noyau Tendermint qui est commun à toutes les blockchains bâties sur le réseau Cosmos.[6]

Le deuxième module du projet Cosmos est le Cosmos SDK, c’est une plateforme de contrats intelligents qui permet, tout comme Wanchain, de créer des blockchains et des applications décentralisées au dessus du noyau Tendermint.

Voilà, c’était en gros la structure du projet Cosmos, découvrons maintenant comment les chaînes du réseau pourront inter-opérer entre elles.

L’interopérabilité blockchain de Cosmos est basée sur le protocole IBC (communication inter blockchains) qui sera lancé au courant de cette année. Il va permettre la communication entre les différentes blockchains du réseau Cosmos. Ces blockchains sont réparties selon un modèle de “Hub et Zones”, de sorte qu’il y ait une blockchain centrale appelée le Hub, et des blockchains construites sur la plateforme Cosmos qui sont appelées Zones.[7]

0*T1y-J-qrNL6G0c1i Le modèle du Hub Cosmos et des Zones

Ces zones ayant un noyau Tendermint, sont toutes liées avec le hub central et peuvent communiquer avec ce dernier. Elles peuvent aussi communiquer entre elles, cependant, cela ne peut se faire qu’à travers le Hub central. Le Hub est donc responsable de la préservation de la quantité totale de chaque jeton à travers les zones.

Une zone Cosmos est une blockchain indépendante qui ne peut pas transférer plus de jetons qu’elle n’en possède, mais peut recevoir des jetons des autres personnes qui en ont. [6] Du coup, il faut savoir que le Hub ne vérifie pas les transactions exécutées sur d’autres zones, il relève donc de la responsabilité des utilisateurs d’envoyer des jetons uniquement vers les zones auxquelles ils font confiance. [10]

Le protocole IBC permet le transfert d’actifs et de données entre différentes blockchains, qu’elles soient privées ou publiques.

Comment cela fonctionne?

Prenons l’exemple des blockchains A et B, la blockchain A verrouille la quantité de jetons à transférer et en envoie la preuve à la chaîne B. Lorsque la chaîne B vérifie la preuve, elle produit des jetons représentatifs (une sorte de bons) qui seront ensuite détruits pour déverrouiller les jetons de la chaîne A. Ainsi, la valeur représentée par ces jetons peut être transférée, mais pas les jetons eux-mêmes. [7]

Lorsqu’on applique cela à la structure du réseau Cosmos, cette communication devra obligatoirement passer par le Hub central (comme le Cosmos Hub). Ainsi, pour faire un transfert, la chaîne A devra faire confiance non seulement au Hub central, mais aussi à la chaîne B.

Qu’en est-il des transferts avec les blockchains qui ne sont pas basées sur le noyau Tendermint, comme Bitcoin ou Ethereum?

Il faut savoir que les blockchains basés sur le consensus de Preuve de Travail (PoW) comme le Bitcoin ou Ethereum ont ce qu’on appelle “une finalité probabiliste” de leurs blocs. Un bloc validé peut être renforcé avec la production du bloc suivant, ce qui peut poser un vrai problème lorsqu’il s’agit du transfert entre chaînes. Vous vous rappelez quand on a vu que la chaîne A verrouille ses jetons et envoie la preuve à la chaîne B? Si cette transaction n’est pas permanente, la chaîne B aura donc produit une valeur représentative qui n’est pas verrouillée sur la chaîne A. Il est donc essentiel de s’assurer que le bloc de la chaîne A est permanent pour que le transfert soit possible. [7]

Cosmos espère résoudre cela en implémentant des zones spéciales ou Peg-zones. Ces dernières peuvent définir un certain nombre de blocs (un seuil de sécurité) afin de permettre un transfert de valeur plus sûr vers l’écosystème Cosmos.[7] Aussi, l’intégration d’Ethereum est prévue à travers l’implémentation du projet Ethermint. Cependant, rien n’est encore clair concernant ces mécanismes, Cosmos n’en parle pas en détail dans son livre blanc.

  • Polkadot

Beaucoup de fans de l’univers des cryptomonnaies se souviennent de Polkadot, ce projet qui a levé 145 millions de dollars lors de son ICO en 2017, et puis, on a presque plus entendu parler. Cependant, il semblerait que malgré les reports répétitifs du lancement de leur mainnet, cette fois c’est sûr, cela va se faire en 2020.

En ce qui concerne l’interopérabilité blockchain de Polkadot, il faut savoir qu’elle est assez similaire à celle de Cosmos, elle est basée sur la communication entre la “chaîne relais” (similaire au Hub de cosmos) et les “para-chaînes” (similaires au zones du réseau Cosmos). Polkadot espère aussi utiliser le même principe des Peg Zones pour permettre aux blockchains externes au réseau (comme celle du Bitcoin et d’Ethereum) de pouvoir communiquer avec le réseau Polkadot. [9]

Tout comme Cosmos, les para-chaînes ont leur propres règles, consensus et producteurs de blocs appelés collateurs. Par contre, ces blocs produits sont finalisés par les validateurs de la chaîne relais centrale qui mettent à jour l’ensemble du réseau. Du coup, ces validateurs ont le dernier mot, et pour éviter tout conflit entre un validateur qui pourrait rejeter, pour une raison ou une autre, les blocs d’une para-chaîne particulière, Polkadot a fait donc en sorte que les validateurs valident les chaînes de façon aléatoire.

Aussi, Polkadot prévoit de disposer d’un autre type de validateurs appelés “Fishermen” (chasseurs), leur rôle est de constamment vérifier le travail des validateurs et d’éviter toute intention malveillante de ces derniers. [11]

Enfin, dans le réseau Polkadot, les para-chaînes auront une sécurité partagée, ce qui facilite l’interopérabilité. Lorsque les chaînes sont au même niveau de sécurité, le problème de confiance ne se pose plus. [11]

  • Icon et Aion

Icon et Aion sont deux projets très connus dans l’espace blockchain. Cependant, je vais uniquement me contenter de les citer, car l’interopérabilité ne fait apparemment, plus partie de leurs priorités. L’équipe Aion n’en a plus parlé depuis plus d’une année, alors que le projet Icon semble se focaliser actuellement sur le grand réseau qu’il a établi avec le gouvernement et les entreprises en Corée du Sud.

Interopérabilité Blockchain: Wanchain vs Cosmos vs Polkadot

  • Développement et avancement des projets

Que ce soit Wanchain, Cosmos ou Polkadot; les trois projets ont fait leur ICOs durant l’année 2017. Cependant, si le point de départ des projets s’est fait presque en même temps, on ne peut pas en dire autant de la suite du développement. C’est un point très important dans l’univers blockchain, on a connu un grand nombre de bons projets, mais qui n’ont jamais réussi à convertir cela sur le terrain.

Concernant l’interopérabilité blockchain, Wanchain a rapidement commencé à travailler dessus avec d’abord l’intégration du Bitcoin, puis Ethereum et un bon nombre de jetons ERC20, ainsi que d’autres crypto monnaies importantes comme USDT. Enfin, il y a eu la dernière mise à jour (Wanchain 4.0), avec l’intégration de EOS et du framework T-Bridge. Le prochain défi de Wanchain est la décentralisation complète du réseau, cette étape a déjà été entamée avec certains noeuds magasiniers. La décentralisation complète est prévue pour 2021.

Cosmos de son côté, a été lancé sur le marché en début 2019, cependant, il semble que son développement se focalise beaucoup plus sur sa plateforme de contrats intelligents. Quant à l’interopérabilité blockchain, le protocole IBC n’a pas encore été implémenté. Prévu pour cette année 2020, il ne concernera d’abord que l’interopérabilité des chaînes construites sur la plateforme Cosmos. Quant aux intégrations des blockchains existantes comme Ethereum ou Bitcoin, des essais sont en cours, mais on ne sait pas encore quand est-ce que les intégrations se feront.

Polkadot est sans aucun doute le plus en retard des trois, le lancement de leur mainnet n’est prévu que pour cette année (2020), quant à l’interopérabilité, on n’a pas encore d’informations précises sur la date de son implémentation.

Donc, en ce qui concerne l’avancement du projet, il est clair que Wanchain a une longueur d’avance face à ses concurrents. Le projet a prouvé qu’il était en mesure d’intégrer à son réseau des blockchains très hétérogènes à l’image de celles du Bitcoin, Ethereum et EOS, sa fonctionnalité de transfert de valeur et de données est déjà fonctionnelle. Sur ce point, Cosmos et Polkadot devront encore faire leurs preuves, leurs protocoles d’interopérabilité des chaînes construites sur leurs réseaux ne sont pas encore lancés (bien que prévu pour bientôt pour Cosmos), et on en sait pas beaucoup concernant l’intégration des blockchains externes.

  • Confiance et Facilité de Communication

La sécurité est un élément très important dans cette comparaison, Wanchain et Polkadot ont préféré opter pour un modèle de sécurité partagée. Ainsi, si la chaîne mère dispose d’une sécurité renforcée, toutes les chaînes de son réseau vont bénéficier de cette sécurité. Par contre, Cosmos a opté pour un modèle où chaque zone devra assurer sa propre sécurité en utilisant ses propres moyens, consensus et validateurs.

En ce qui concerne l’interopérabilité blockchain, il est clair que le modèle de sécurité partagée dont dispose Wanchain et celui que Polkadot souhaite proposer est plus pratique. Avoir une sécurité partagée facilite énormément les échanges de données et de valeur parce qu’elle impose une certaine confiance entre les différentes chaînes. Par contre, lorsque la sécurité des chaînes est différente comme dans le réseau Cosmos, la blockchain A qui reçoit des jetons de la part de la Blockchain B, devra faire confiance non seulement au Hub mais aussi à la blockchain B, ce qui complique l’interopérabilité entre les chaînes.

  • Transactions

Le nombre transactions dépend principalement des paramètres du consensus et surtout du nombre de nœuds. Chacune des trois blockchains concernées par cette comparaison peut gérer des milliers de transactions par secondes. Cependant, ce qui distingue les projets spécialisés en interopérabilité blockchain, c’est leur scalabilité. En effet, plus il y a de chaînes liées au réseau, plus le nombre de transactions augmente.

Ce qui les différencie par contre, c’est que contrairement à Polkadot et Cosmos, le projet Wanchain est le seul qui propose la fonctionnalité d’utiliser des transactions privées basées sur les signatures de cercles. C’est aussi le seul projet qui permet actuellement de faire des transactions inter-chaînes (cross-chain). La fonctionnalité cross-chain est accessible sur le portefeuille Wan Wallet et vous permet de procéder à des transactions inter-chaînes en toute facilité.

0*QOvAtRQoS7jB7Fcs

Vous pouvez vous référer à ce guide pour comprendre comment faire une transaction cross-chain étape par étape.

Résumé

L’interopérabilité blockchain est un passage obligatoire pour l’adoption de masse. La technologie blockchain peut être appliquée et peut contribuer au développement de nombreux domaines, ces différentes applications n’auront de sens que si elles sont liées entre elles, et c’est exactement le but de l’interopérabilité, ouvrir un nombre infini de possibilités d’échanges et de communications entre les entreprises et les professionnels.

Dans ce registre, nous avons parlé en détails de Wanchain, Cosmos et Polkadot. Ensuite, nous avons comparé l’interopérabilité blockchain des trois projets qui ont été lancés durant la même période. Les mécanismes d’interopérabilité sont différents, Wanchain utilise le mécanisme des noeuds magasiniers qui associe deux concepts cryptographiques qui assurent la sécurité et la confidentialité des transactions s’effectuant sur le réseau: le calcul multipartite sécurisé et le partage de clé secrète de Shamir. Cosmos de son côté, utilise le protocole IBC (Inter Blockchain Communication) pour permettre la communication entre un Hub central et les chaînes liées au réseau appelées Zones. Chez Polkadot, le concept est similaire à celui de Cosmos, il permet la communication entre la chaîne relais et les para-chaînes du réseau Polkadot.

Cependant, il faut noter que Wanchain se distingue en étant le seul réseau qui est déjà fonctionnel et qui permet la communication et l’échange de valeur et de données entre blockchains publiques et blockchains privées à travers les nœuds magasiniers et le framework T-Bridge. C’est aussi le seul réseau qui permet d’utiliser des transactions privées. En attendant les prochaines intégrations, le réseau permet déjà l’interopérabilité entre des blockchains très hétérogènes, à l’image du Bitcoin, Ethereum et EOS. De leur côté, Cosmos et Polkadot n’ont toujours pas lancé leurs protocoles d’interopérabilité, qui en plus, semblent plus se focaliser sur les blockchains construites sur leurs plateformes que sur les blockchains hétérogènes externes.

Aussi, pour sécuriser le réseau, Wanchain utilise un modèle de sécurité partagée permettant une communication plus facile lorsque les chaînes sont au même niveau de sécurité. Par contre, laisser les chaînes assurer chacune sa propre sécurité comme le fait Cosmos, peut poser d’énormes problèmes de confiance pour la communication entre chaînes de différents niveaux de sécurité.

Comme vous pouvez le voir, devenir l’internet des blockchains requiert non seulement l’utilisation de concepts technologiques très développés, mais aussi, un savoir faire et un travail acharné pour faire ses preuves et convertir ces concepts en véritables fonctionnalités à proposer aux utilisateurs. Dans ce registre, il est clair que dans l’univers de la blockchain, le projet Wanchain est le plus avancé pour réussir son pari d’associer blockchain et interopérabilité.


Wanchainer
Wanchainer

Crypto enthusiast, Wanchain ambassador, English-to-French translator


Cryptodian
Cryptodian

Blockchain enthusiast, Wanchain ambassador, english-french translator

Send a $0.01 microtip in crypto to the author, and earn yourself as you read!

20% to author / 80% to me.
We pay the tips from our rewards pool.